REGION IHOROMBE : Une nouvelle stratégie anti-« dahalo » appuyée par les TIC

Les produits de nouvelles technologies sont de plus en plus utilisés dans le domaine de la sécurité publique. Après l’installation de caméras de surveillance à Nosy-Be et à Antananarivo, dans le cadre du projet Smartcities, le Ministère des Postes, des Télécommunications et des nouvelles Technologies (MPTDN) se lance dans l’appui au premier bataillon interarmes anti-« dahalo », dans la région Ihorombe. Etant ministre coach de cette région, Neypatraiky André Rakotomamonjy a soutenu l’importance de la sécurité publique, comme condition indispensable pour le développement socio-économique. Le nouveau bataillon interarmes installé à Ihosy devrait fortement contribué pour atteindre cet objectif. Pour la défense nationale, il s’agit d’une grande première. « Bientôt, la région Sud sera parmi les vitrines du développement de la Grande Ile. Pour ce faire, nous devons renforcer et prioriser la sécurité dans cette région.  Raison pour laquelle, l’Etat a mis en place le bataillon interarmes anti-« dahalo » ici, à Ihosy », a indiqué le président Hery Rajaonarimampianina durant l’installation du bataillon. D’après ses explications, cette nouvelle stratégie s’inscrit dans le cadre de la Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS).

Technologies. Certes, malgré ses difficultés périodiques, le grand Sud dispose de fortes potentialités de développement. Cependant, l’insécurité y représente un grand handicap. C’est pour résoudre ce problème que la RSS met en place une structure permanente, dans le cadre de la lutte contre le banditisme. D’après les explications, le bataillon a pour mission principale mission d’assurer la sécurité de la population et de ses biens, ainsi que d’asseoir une paix sociale durable pour le développement de la Région Ihorombe. Cette unité est composée de plusieurs éléments issus de tous les régiments ou corps de l’Armée « malagasy », tels que les parachutistes de la Première RFI, les forces spéciales navales d’Antsiranana, ainsi que les forces spéciales formées à Ambatoloana, mais également des éléments des forces aériennes « malagasy », chargés de piloter des petits avions et des hélicoptères qui sont destinés principalement à combattre le phénomène  « dahalo » et l’insécurité récurrente à Ihorombe. Outre les compétences de ses éléments, ce bataillon est également équipé de matériels de nouvelles technologies  attribués par le MPTDN. « Cette nouvelle structure anti-« dahalo » marque une nouvelle ère dans la sécurité du pays, notamment dans le Sud », a affirmé le ministre coach de la région Ihorombe.